c) L’abeille SMR

watch Harbo et Harris sont les premiers a lancé un programme de sélection de colonies d’abeilles en se concentrant sur le caractère de suppression de la reproduction de varroa (SMR). L’objectif était de retarder la croissance des populations varroas. Seules des femelles varroas non reproductrices pénètrent les cellules de couvain. Les colonies sélectionnées sont celles dans lesquelles la population de varroas décline. Harbo 1999

Les abeilles SMR sont capables de détecter des nymphes infestées par des fondatrices initiant leur ponte, alors qu’elles n’éliminent pas les nymphes infestées par des fondatrices incapables de se reproduire. Les fondatrices varroas présentes dans du couvain SMR ont leur cycle de reproduction moins efficace.

De ce fait, les colonies SMR sont faiblement infestées par varroa.

POUR EN SAVOIR PLUS

go to site Harbo et Harris ont continué à travailler sur ce caractère SMR afin de mieux comprendre quand est ce que les abeilles SMR interviennent dans le contrôle de varroa. Les abeilles SMR sont capables d’éliminer les femelles varroas reproductrices présentes dans les cellules de couvain operculé.

Ils distinguent ainsi 4 catégories de fondatrices présentes :

–       Les fondatrices mortes sans descendance

–      Les fondatrices vivantes n’ayant pas pondu

–      Les fondatrices vivantes avec une descendance non viable

go to site –      Les fondatrices vivantes avec une descendance viable

Les niveaux d’infestation des colonies SMR (2,2%) sont en moyenne plus faibles par rapport aux colonies témoins (9%). Le taux de varroas reproducteurs est très faible dans les colonies SMR (20%) en comparaison aux colonies témoins (71%). Cf tableau ci-dessous

Les abeilles SMR n’ont pas éliminées les varroas des cellules si les femelles varroas ne déposaient pas d’œufs. Les colonies SMR ont ciblé les fondatrices reproductrices probablement en détectant des éléments en lien avec l’activité reproductrice des varroas. Les colonies SMR ont donc peu de varroas dont la plupart de ceux restant ne sont pas reproducteurs.

Harbo 2015, Harbo 2009

Ibrahim et Spivak à leurs tours ont étudié les souches SMR de Harbo et Harris.

Ils ont étudié les caractéristiques des colonies SMR  (S) face à des colonies Hygiéniques (H) et regardé les varroas issus de ces 2 types de colonies.

L’origine des varroas n’a pas d’importance, seules les abeilles adultes SMR sont importantes et plus efficaces que les abeilles hygiéniques.

Les fondatrices présentent dans les colonies d’abeilles SMR étaient moins fertiles (63%) en comparaison à celles présentent dans les colonies d’abeilles hygiéniques (85%). Elles ont également engendrées moins de descendance femelle viable (4% vs 27%).

Les abeilles SMR étaient de ce fait plus efficaces pour repérer les cellules infestées par des femelles reproductrices.

Cependant, ils ont poursuit l’expérience en plaçant les cadres de couvain après operculation dans des incubateurs afin de ne pas avoir l’effet nettoyage des abeilles. Les fondatrices présentent dans les colonies d’abeilles SMR étaient moins fertiles (64%) en comparaison à celles présentent dans les colonies d’abeilles hygiéniques (77%). Elles ont surtout également engendrées significativement moins de descendance femelle viable (6% vs 11%) sans action des abeilles SMR.

Ainsi, les abeilles SMR détectent les nymphes infestées par des fondatrices initiant leur ponte, alors qu’elles n’éliminent pas les nymphes infestées par des fondatrices incapables de se reproduire. Le caractère SMR associerait également une faible réussite reproductive des varroas dans le couvain SMR. Ibrahim 2006