D. Cycle biologique

Le cycle de vie de Varroa est très lié au cycle de l’abeille. En effet Varroa est un parasite obligatoire de l’abeille, il ne peut rester que quelques jours sans se nourrir d’hémolymphe, qui est sa seule source de nourriture. De plus la reproduction de Varroa est étroitement synchronisée sur le cycle de l’abeille.

On distingue 2 phases dans le cycle biologique de varroa : une phase phorétique, en dehors du couvain, pendant laquelle Varroa destructor vit sur des abeilles adultes et une phase de reproduction qui se passe dans le couvain operculé des ouvrières et des faux-bourdons. Une femelle peut faire plusieurs cycles dans sa vie, mais n’est fécondée qu’une seule fois. (Wendling, 2014)

1) Phase phorétique

A l’émergence de la jeune abeille, la femelle varroa sort de la cellule de couvain pour se fixer sur une ouvrière. Elle se dissimule sous leurs écailles dorsales (tergites) et ventrales (sternites) de l’abeille. Il est donc difficile de les observer à l’oeil nu. Elle ponctionne régulièrement de l’hémolymphe pour se nourrir.

Varroa en phorésie sur une abeille
Varroa en phorésie sur une abeille

C’est pendant la phase de phorésie qu’elle peut passer d’une abeille à l’autre voire même d’une ruche à l’autre.

Varroa préfère se fixer sur des nourrices, qui sont les abeilles qui s’occupent du couvain. Ceci lui permet d’avoir plus de chances de retrouver une cellule de couvain qui lui convient pour se reproduire. Cette attractivité pour les nourrices serait due à l’odeur spécifique dégagée par les abeilles nourrices. (Xie, 2016)

La phase phorétique est de durée variable, elle peut parfois être très courte. La première phase phorétique de la jeune femelle varroa est généralement plus longue, car elle permet la maturation de l’appareil reproducteur. La femelle peut ainsi rester 4 à 11 jours en phase de phorésie pendant la belle saison. Les phases phorétiques suivantes peuvent être de durée réduite, voire inexistantes.

En hiver, en l’absence de couvain, tous les Varroa se trouvent sur les abeilles adultes. La phase phorétique peut alors durer plusieurs mois. Varroa destructor peut changer d’hôte régulièrement pendant l’hiver.

2) Phase de reproduction

Varroa destructor est très dépendant du cycle de son hôte pour la reproduction. La durée de la phase de reproduction lui est imposée par l’abeille.

La reproduction a lieu dans des cellules de couvain operculées. La phase operculée dans le développement de la future abeille est de durée fixe : 12 jours dans le couvain d’ouvrières, et 15 jours dans le couvain mâle. Varroa destructor dispose donc d’un temps très limité pour engendrer une descendance capable de se reproduire.

Couvain d'ouvrières operculé
Couvain d'ouvrières operculé
Couvain de faux-bourdons operculé
Couvain de faux-bourdons operculé

Contrairement à Apis Cerana, Varroa destructor peut se reproduire dans le couvain d’ouvrières, même s’il a une préférence pour le couvain mâle. Cette particularité peut expliquer pourquoi Varroa destructor affecte beaucoup plus l’abeille européenne que l’abeille asiatique.

Introduction dans une cellule

Transportée par une abeille adulte, la fondatrice arrive près d’une cellule de couvain contenant une larve âgée de 5 jours.

Elle pénètre dans l’alvéole de larve d’ouvrière ou de faux bourdon juste avant l’operculation. Elle est attirée par des substances volatiles émises par les larves. La période d’attractivité des larves avant l’operculation est très réduite, moins de 24 heures pour les larves d’ouvrières et environ 48 heures pour les larves de faux-bourdon.

Il peut y avoir plusieurs fondatrices qui entrent dans la même cellule de couvain.

La préférence pour le couvain mâle peut s’expliquer par :

  • la période d’attractivité plus longue avant operculation des larves de faux-bourdons
  • le fait que les larves de faux bourdon sont plus souvent visitées que les larves d’ouvrières car elles ont des besoins alimentaires plus importants
  • la taille des alvéoles, plus grandes, et où il est donc plus facile de s’introduire

Ainsi le couvain mâle serait douze fois plus attractifs que le couvain femelle. Cette particularité aura une application dans la gestion de Varroa destructor.

La fondatrice se cache ensuite dans la bouillie larvaire, y reste immobile en attendant l’operculation. Elle respire grâce à ses péritrèmes, qui sont des sorte de tubas.

 

Operculation

Après operculation elle se nourrir sur la larve, fait des repas fréquents et se gorge d’hémolymphe. Son corps se dilate.

La larve d’abeille tisse son cocon. Varroa destructor doit prendre garde à ne pas se faire piéger entre la paroi de l’alvéole et la paroi du cocon.

La fondatrice choisit un endroit pour faire ses besoins dans le cocon. Souvent situé au fond de l’alvéole, cet endroit sert également à la reproduction de sa descendance. Il est appelé « site d’accumulation fécale ».

 

Ponte

La fondatrice commence à pondre entre 60 et 70 heures après operculation, à raison d’un oeuf toutes les 30 heures. Elle pond ainsi jusqu’à 6 oeufs dans du couvain d’ouvrières et jusqu’à 7oeufs dans du couvain de faux-bourdons.

 

Développement des immatures

Le premier oeuf est un mâle, puis les oeufs suivants sont femelles.

Les oeufs évoluent en stades immatures puis en adultes en 5 à 6 jours. Ils vont régulièrement se nourrir au site de nourrissement aménagé par leur mère sur la nymphe d’abeille.

 

go here Accouplement

Le mâle, qui est le premier à atteindre sa maturité sexuelle, attend ensuite au site d’accumulation fécale que les femelles de l’alvéole nées après lui, souvent ses soeurs, arrivent à maturité sexuelle pour pouvoir se reproduire.

Lorsque la première femelle arrive sur le site d’accumulation fécale, l’accouplement commence. Plusieurs accouplements successifs ont lieu entre le mâle et la femelle, jusqu’à ce qu’une nouvelle femelle arrivée à maturité se présente et remplace la plus vieille.

Comme la fondatrice pond un oeuf toutes les 30 heures, cela signifie qu’une nouvelle femelle arrivera à maturité toutes les 30 heures.

Chaque femelle varroa a une seule période d’accouplement dans sa vie.

 

Emergence de l’abeille

A l’émergence de l’abeille, les femelles fécondées et la fondatrice passent en phase de phorésie.

Le mâle, ainsi que les femelles qui n’ont pas eu le temps de se développer totalement jusqu’au stade adulte, restent dans l’alvéole vide où ils vont mourrir. Les femelles matures mais non fécondées ne pourront pas engendrer de descendance.

Au final on estime que pour une phase de reproduction dans du couvain d’ouvrière, il naît une à deux filles capables d’engendrer une descendance, et 2 à 3 filles dans du couvain de faux-bourdons.